Comment élever ses reines : tous les conseils pour y parvenir !

Au service de l’essaim, la reine joue un rôle majeur ! Mère de la colonie une fois féconde, elle en assure sa pérennité. De sa ponte naîtront plusieurs dizaines de milliers d’ouvrières et quelques milliers de faux bourbons. Les abeilles ont pour habitude d’élever elles-mêmes leurs reines en période d’essaimage. Mais savez-vous que vous pouvez anticiper leur remplacement ? Assurez la cohésion de votre groupe d’abeilles, garantissez le rendement de vos ruches et agrandissez votre cheptel, en élevant vos propres reines !

Tout savoir sur l’élevage de vos reines

Les techniques pour élever vos reines sont nombreuses, mais toutes ne donnent pas les mêmes résultats selon les races d’abeilles, la période de l’année et les conditions climatiques. Faire accepter une nouvelle reine qui porte une odeur différente du reste de la colonie n’est pas toujours évident ! Toutefois, en réunissant des conditions favorables, en respectant les consignes d’hygiène et de sécurité et en vous équipant d’un minimum d’outils, vous y parviendrez !

Sachez également que si l’exercice vous semble trop complexe, vous avez toujours la possibilité d’acheter une reine vierge, fécondée ou inséminée directement auprès d’un éleveur professionnel. L’insémination de la reine s’effectue en laboratoire, à partir d’une sélection d’abeilles mâles (les « faux bourdons ») de pedigree. Ainsi, la qualité de la ponte et de la descendance est assurée !

L’outillage minimum requis pour élever vos reines

Les abeilles, étant dépourvues de défenses immunitaires, ont l’habitude d’aseptiser l’intérieur de leur ruche. Ainsi, les bâtisseuses assurent l’étanchéité de leur nid à l’aide de la propolis, gomme qu’elles confectionnent à partir des bourgeons des arbres. Comme elles sont sensibles aux bactéries (loque américaine, nosémose, etc.) et aux attaques extérieures (varroa, fausse teigne, frelon, etc.), vous devez donc manipuler vos cadres avec la plus grande prudence. Il est d’ailleurs important de désinfecter régulièrement vos outils.

Pensez également à porter une tenue adaptée (combinaison de type vareuse avec voile, gants, etc.). Enfin, pour rendre vos abeilles plus dociles lors de vos interventions, gardez toujours votre enfumoir en fonctionnement près de vous.

L’outillage nécessaire varie selon la méthode d’élevage pratiquée, ainsi vous pouvez avoir besoin :

  • D’une grille à reine, qui permet de l’isoler dans un coin de la ruche ;
  • D’un picking, qui est une fine tige incurvée qui facilite le transfert des larves du couvain vers la cupule (technique de greffage) ;
  • De cupules, qui sont des cellules artificielles destinées à recevoir les larves. Les cupules sont ensuite placées sur des barrettes, elles-mêmes placées sur un cadre portes-barrettes pour faciliter la manutention ;
  • De corps de ruche supplémentaires, de même type que votre ruche mère (Dadant, Langstroth, etc.) ;
  • D’une ou plusieurs ruchettes à 5 cadres, utiles pour la création d’un essaim artificiel, par exemple ;
  • D’un starter, constitué d’une ou deux ruchettes de 5 cadres ;
  • D’un nourrisseur, qui permet de stocker du sirop. Il est disponible sous différentes formes (couvre-cadres, cadre, nourrisseur d’entrée, etc.).

Créer un essaim d’abeilles artificiel, avec recherche de la reine

Recherche de la reine
La recherche de la reine (Source Pixbay — xiSerge)

En orphelinant une partie de votre colonie, vos ouvrières se mettent à construire des cellules royales. Cette solution est très simple et peut être réalisée par un apiculteur amateur. De plus, cette technique exige peu de matériel. En revanche, vous devez attendre que votre ruche soit suffisamment populeuse et mener cette opération à la fin du printemps ou au début de l’été (période propice à l’essaimage naturel). Vous devez également savoir repérer votre reine et veiller à ce qu’elle reste bien dans sa ruche d’origine.

La méthode :

  1. Soulevez le toit et le couvre-cadres de votre ruche mère et enfumez-la.
  2. Prélevez 1 cadre contenant du miel operculé et 1 cadre contenant du pollen et placez-les sur les bords de votre ruchette 5 cadres. Vos abeilles doivent disposer de ressources alimentaires abondantes et de suffisamment de pollen pour confectionner de la gelée royale ;
  3. Prélevez du couvain ouvert contenant des œufs récemment pondus et un cadre de jeunes larves avec leurs abeilles (les nourrices) et placez-les au centre de votre ruchette, à proximité du pollen. Votre ruchette doit contenir idéalement de 1 à 2 kg d’abeilles (sans la reine).
  4. Placez des cadres de cire gaufrée neufs dans les emplacements libérés de votre ruche mère et refermez-la.
  5. Fermez la ruchette et déplacez-là au minimum à 3 km de votre ruche d’origine pour éviter que vos butineuses n’y retournent. Pensez à bien fermer les entrées de la ruchette avant et pendant le transport, et à ne laisser qu’un seul passage ouvert une fois arrivé à destination.

Vous pouvez également ajouter du nourrissement 50/50 (50 % de sucre pour 50 % d’eau) en complément, selon les besoins et la saison. Cela aide les abeilles, facilite la création de cellules royales et permet d’alimenter la reine au moment de sa ponte.

Bon à savoir !

2 solutions s’offrent à vous, soit vous pouvez laisser les ouvrières sélectionner et créer de nouvelles reines, soit vous pouvez incorporer vous-même des cellules royales.

Créer un essaim d’abeilles artificiel, sans recherche de reine

La recherche de la reine est parfois périlleuse, surtout si celle-ci n’a pas été marquée au préalable. Avec cette solution, vous n’aurez pas à le faire ! La technique consiste à séparer votre ruche mère en 2 ruchettes et d’observer tout simplement la création de cellules royales dans l’une des 2. Pour cette méthode, vous devez disposer d’au moins 5 cadres de couvain frais, d’une ruche populeuse, de miel et de pollen en grande quantité.

La méthode :

  1. Placer vos 2 ruchettes devant votre ruche mère. Celles-ci doivent être désinfectées au préalable et équipées d’un cadre de rive avec de la cire gaufrée.
  2. Soulevez le toit et le couvre-cadres de votre ruche et enfumez-la.
  3. Divisez votre ruche d’origine en 2 de la manière la plus homogène possible, en équilibrant la quantité de cadres de couvain, de miel et de pollen. La reine se trouvera donc dans l’une des 2 ruchettes.
  4. Enfumez la ruche vide et secouez-là pour évacuer les dernières abeilles restées au fond.
  5. Déplacez vos l’une de vos 2 ruchettes à plus de 3 km pour désorienter vos abeilles.

Dans la ruchette orpheline, les ouvrières se lanceront immédiatement dans la fabrication de cellules royales et feront naître leur nouvelle reine. La seconde ruchette qui comporte donc déjà la reine d’origine peut être retransvasée plus tard dans une ruche.

Attention !

Pour chacune de ces 2 méthodes, assurez-vous de la présence de faux-bourdons (mâles) autour de vos ruchettes avant la naissance de la reine vierge. Le cas échéant, anticipez en prévoyant un cadre de couvain de mâles prêt à émerger.

La méthode avec greffage

Porte-cupules pour élever ses reines
Méthode du greffage, cadre porte-cupules

Le picking (ou greffage) est une méthode très efficace pour l’élevage de reines en quantité plus importante. Toutefois, elle est aussi plus délicate à réaliser et demande une certaine expertise. Cette technique consiste à prélever de jeunes larves (de moins de 24 h) et à les placer avec une goutte de gelée royale diluée (moitié gelée royale/moitié eau) dans des cellules artificielles, appelées « cupules ». Le picking est également le nom de l’outil permettant d’effectuer ce prélèvement. Vous devez disposer d’une ruche populeuse, comportant de nombreuses nourrices et de bonnes réserves de miel et de pollen.

Étape 1 : le greffage

La clé de la réussite d’un greffage est de procéder le plus rapidement possible. Il faut en effet éviter de laisser vos larves trop longtemps en dehors de la ruche :

  1. Une semaine avant le picking, introduisez un cadre neuf de cire gaufrée dans votre ruche souche pour obtenir vos jeunes larves. Les cirières vont l’étirer et la reine viendra y pondre rapidement.
  2. 2 à 3 heures avant le greffage, il est conseillé de placer dans votre ruche mère votre cadre contenant les barrettes de cupules vides vaporisées de sirop pour que vos abeilles y apportent l’odeur de la colonie. Cette phase dite de « familiarisation » permet de faciliter l’acceptation des futures reines.
  3. Le jour J, prélevez le cadre de couvain naissant et débarrassez-le de ses abeilles à l’aide d’une brosse pour l’emmener dans votre atelier .
  4. Les larves doivent être les plus petites possibles, peu courbées et translucides.
  5. Prélevez une à une vos larves et placez-les dans vos cupules.
  6. Clipsez vos barrettes de cupules sur leurs cadres.

Étape 2 : l’introduction de votre cadre porte-cupules dans un starter fermé

Cette méthode vise à inciter vos jeunes nourrices à élever les larves de reines contenues dans les cupules en les enfermant pendant 24 h dans un local frais (garage, cave, etc.). Le fond du starter est surélevé et grillagé pour assurer l’aération de la ruchette. Pratiquez de préférence cette opération en pleine journée, lorsque les butineuses sont à l’extérieur.

Ainsi, dans un starter de type ruchette à 5 cadres dont les entrées ont été obstruées, placez :

  1. 2 cadres de miel-pollen.
  2. 1 cadre bâti vide qui servira à recevoir de l’eau, puis du nourrissement.
  3. Secouez 2 à 3 cadres de couvain ouvert pour faire tomber les nourrices dans le starter. Il faut environ 2 à 3 kg d’abeilles. Attention, la reine ne doit pas y être placée par erreur. Le cas échéant, elle détruirait toutes les cellules royales.
  4. 1 à 2 cadres porte-cupules.
  5. Du nourrissement.

Par ailleurs, notez simplement qu’il ne faut jamais mettre de couvain ouvert dans le starter. Vos abeilles y construiraient des cellules de sauveté qui feraient éclore des reines de moins bonne qualité. L’intérêt est surtout que vos abeilles prennent en charge vos cupules. Ainsi, 24 h plus tard, analysez votre cadre d’élevage. Si vous distinguez une collerette de cire, c’est que vos abeilles ont accepté d’élever vos futures reines.

Étape 2 bis : l’introduction de votre cadre porte-cupules dans un starter ouvert

Le starter ouvert vous permet de produire une plus grosse quantité de cellules royales sans perturber la production de miel et de pollen. Il est constitué de 2 corps de ruches superposés séparés l’un de l’autre par une grille à reine. Sur la partie supérieure se trouvent la reine et le couvain. La partie inférieure (le starter) est à composer avec 5 à 6 cadres de miel, un cadre bâti vide pour que vos butineuses puissent y déposer du pollen et un espace vide pour faciliter la migration des abeilles du haut vers le bas de la ruche.

Le starter ouvert devra être préparé quelques heures avant le greffage. À proximité de celui-ci pensez à prévoir :

  • Un fond de ruche grillagé, pour assurer une ventilation du starter par le bas ;
  • Du nourrissement ;
  • Un toit de ruche ;
  • Une grille de fermeture pour l’entrée du starter.

La méthode :

  1. Lorsque suffisamment d’abeilles sont descendues dans la partie basse de la ruche (2 à 3 kg), déposez le corps de ruche supérieur et placez-le derrière le starter. Vous pouvez les aider à descendre en enfumant l’intérieur de la ruche.
  2. Refermez rapidement le starter pour l’orpheliner et condamnez l’entrée pour éviter le pillage.
  3. 2 h plus tard, introduisez vos 2 barrettes de cupules entre 2 cadres de pollen.
  4. Ajoutez du nourrissement 50/50 (1 kg de sucre pour 1 kg d’eau).
  5. 24 h plus tard, contrôlez vos cellules royales et vérifiez qu’elles sont bien prises en charge par vos nourrices.

Étape 3 : le transfert des cellules royales dans un finisseur

C’est dans le finisseur que les larves vont se développer jusqu’à l’émergence. Le finisseur est une ruche classique, mais très peuplée. Celle-ci se compose de 2 corps de ruches : un corps de ruche avec la reine et un corps de ruche dit « orphelin ». Il existe 3 types de finisseurs : le finisseur vertical, horizontal ou double.

Le finisseur vertical superpose 2 corps de ruches séparés par une grille à reine. Le corps de ruche du bas contient la reine, du couvain et des réserves de miel de pollen. La partie haute de la ruche recevra le cadre d’élevage provenant du starter et doit être préparée avec :

  • Un cadre bâti vide pour stocker le nectar et le nourrissement et un cadre de réserve de miel-pollen à chaque extrémité du corps de ruche ;
  • 2 à 3 cadres de pollen pour l’apport pour la  gelée royale ;
  • 1 cadre de couvain naissant pour faire remonter les jeunes abeilles nourrices ;
  • 1 cadre de couvain ouvert.

Le finisseur horizontal fonctionne sur le même principe, à la différence que les 2 corps de ruche sont placés côte à côte.

Le finisseur double qui est une véritable « usine » à nourrices. En effet, celui-ci intègre 2 colonies et 2 reines. Ce type de finisseur horizontal est donc séparé en 3 par 2 grilles à reine. À gauche et à droite, placez une colonie avec sa reine. Au centre, insérez vos cadres d’élevage selon la même méthode que pour le finisseur horizontal. Cette technique est très efficace, car vous disposez du double de nourrices et d’un essaim populeux.

Qu’importe votre choix de finisseur, les nourrices vont nourrir les larves de reines et operculer les cupules (à J+5 après greffage). C’est à ce moment précis que vous pourrez poser des cages à reine (appelées aussi « bigoudis ») sur les cellules. Le bigoudi emprisonne la reine après éclosion (J + 11 après greffage) afin qu’elle ne tue pas les autres reines. Il vous est également possible de placer vos cellules royales dès l’operculation dans une couveuse. Celle-ci permet d’obtenir les meilleures conditions possibles en matière de température et d’hygrométrie pour garantir la bonne éclosion des cellules et la conservation de vos reines.

Bon à savoir !

La méthode du starter est de moins en moins utilisée, car jugée trop contraignante. De plus en plus d’apiculteurs s’orientent donc vers l’utilisation d’un système « tout-en-un » : le starter-finisseur Cloake.

Quand devez-vous renouveler vos reines ?

Exemple d’essaimage (source : PIXABAY-balouriarajesh)

La période idéale pour procéder à l’élevage de vos reines est au printemps, en période de fièvre d’essaimage (d’avril à juin, selon les régions).

Pour optimiser vos chances de réussite, vous devez :

  1. Disposer d’une colonie forte (populeuse), constituée de jeunes abeilles peu essaimeuses, productrices et non agressives.
  2. Détenir suffisamment de provisions (miel et pollen).
  3. Réaliser l’opération par beau temps, avec de bonnes conditions de température (17 à 19 °C) et d’hygrométrie.
  4. Vérifier la quantité des abeilles mâles disponibles pour la reproduction. Ces derniers ne doivent être ni trop jeunes, ni trop vieux !

En conclusion, pourquoi élever de nouvelles reines ?

Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir ! Toutefois, cet espoir n’est pas éternel, car la reine va vieillir. Si ces abeilles l’apprécient autant, c’est parce qu’elle libère des phéromones qui les stimulent à travailler, à récolter du pollen et du miel, à produire de la cire et à la nourrir ! Sauf que si le rythme des naissances baisse ou si la population devient trop dense (trop de couvain), les abeilles ouvrières le ressentent.

La reine risque alors d’être délaissée et ne sera plus nourrie ! Ce phénomène intervient généralement lorsque la reine atteint l’âge de 3 ans. Elle ne produit alors quasiment plus que des abeilles mâles qui, malheureusement, ne sont utiles que pour la reproduction des reines.

Ainsi, 2 cas de figure peuvent se produire :

  1. En période de fièvre d’essaimage, la reine et la moitié de la colonie peuvent décider de déserter la ruche mère pour fonder un nouveau foyer. Le phénomène décrit ici est celui de l’essaimage.
  2. Si le taux de phéromone de la reine baisse, les abeilles se lancent naturellement dans la création de nouvelles cellules royales pour la remplacer. Elles les construisent aux extrémités de la ruche, car la reine ne se rend quasiment jamais à cet endroit.

Ce bloc contient du contenu non valide ou inattendu.Tentative de récupération du bloc

Élever vos propres reines, vous permet donc de :

  • Faire face à la disparition accidentelle de la reine. Certaines reines ne reviennent jamais de leur vol nuptial parce qu’elles se sont perdues en chemin ou fait dévorer par des prédateurs (oiseau, frelon asiatique, etc.) ;
  • Compenser vos pertes de population d’abeilles, l’une des conséquences majeures de leur exposition aux pesticides (néonicotinoïdes, insecticides, etc.) ;
  • Créer de nouvelles ruches, et donc agrandir votre cheptel ;
  • Anticiper le remplacement de vos reines vieillissantes et maintenir ainsi un bon rendement de production de miel ;
  • Éviter l’essaimage naturel.
Partager cet article
Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on pinterest
Share on email

Vous aimerez