De janvier à février, l’apiculteur se prépare pour la nouvelle saison

C’est l’hiver, et le calme règne tout autour de vos ruches ! Pas une abeille ne sort, si ce n’est pour faire son vol de propreté. La colonie se tient au chaud, resserrée en grappe autour de la reine. Si l’activité apicole est réduite au maximum au mois de janvier et de février, ce n’est toutefois pas une raison suffisante pour se reposer sur ses lauriers ! Apiculteurs, apicultrices, c’est l’heure du bilan et des bonnes résolutions !

Que se passe-t-il au rucher en janvier/février ?

Alternance de gelées, de pluie, de neige et de vent, aucun doute possible : l’hiver a plongé le rucher et tout son environnement dans un profond sommeil ! Les abeilles n’ont plus rien à butiner. À l’intérieur de vos ruches, c’est l’hivernage le plus total. C’est pourquoi il ne faut surtout pas les déranger.

En effet, les colonies d’abeilles d’hiver passent la majeure partie de leur temps à actionner les muscles de leurs ailes pour dégager de la chaleur et ainsi réguler la température intérieure. Plus elles seront dérangées, moins elles économiseront leur énergie, et donc plus elles consommeront de la nourriture. Or, si elles venaient à en manquer, cela pourrait causer la mortalité de la colonie tout entière.

De janvier à février, une activité apicole qui reprend doucement !

Dans certaines régions froides ou montagneuses, la neige peut s’avérer persistante. Toutefois, il n’est pas utile de la retirer. D’une part, vos abeilles savent s’acclimater. D’autre part, vous risqueriez de perturber leur tranquillité. Néanmoins, pendant cette période, il n’est pas rare que le soleil fasse quelques apparitions. Auquel cas, il peut être judicieux de placer une tuile ou une planche en bois inclinée pour obscurcir l’entrée de chaque ruche. Le but est surtout d’éviter que les butineuses sortent et ne reviennent jamais, mortes de froid en se posant sur la neige par exemple. Pour les ruches placées en altitude, il faudra attendre encore au moins un mois avant que la nature ne s’éveille.

Dans les régions tempérées et chaudes, les premières floraisons apparaissent. Ainsi, le nectar et le pollen des fleurs de noisetiers, de saules marsault et de certaines autres plantes mellifères attirent les abeilles butineuses. Les amandiers ont également besoin de leur pollinisation pour se développer. Il est donc tout à fait probable que vous aperceviez un début de reprise d’activité au niveau de la planche d’envol. Et pour cause : la reine a besoin de cet apport en protéines pour réamorcer sa ponte dans le couvain et ainsi remplacer les abeilles d’hiver qui arrivent désormais en fin de vie !

Les visites de l’apiculteur au mois de janvier/février

Activité apiculteur janvier

Concrètement, que doit faire l’apiculteur en attendant l’arrivée des beaux jours ?

  1. Vérifier l’absence de parasites et de prédateurs. C’est la saison où vos abeilles ont le plus de risques d’être attaquées par des pics-verts, des martres ou des blaireaux. Comme elles sont plus vulnérables et groupées, elles deviennent alors une cible facile ! En cas d’endommagement de la ruche, il faut reboucher les trous avec du mastic ou de la pâte à bois. Ensuite, il faut recouvrir les parties abîmées avec une plaque de tôle perforée. Vous pouvez bien sûr protéger vos ruches, notamment avec un filet protecteur.
  2. Entretenir les abords de la ruche. Il est important d’optimiser l’ensoleillement afin que le moindre rayon du soleil soit profitable à vos abeilles. Les herbes hautes faisant de l’ombre aux ruchers et les branches qui pourraient tomber sont à couper.
  3. Rechercher de nouveaux emplacements pour la prochaine saison apicole et les aménager, notamment si vous pratiquez la transhumance ou si vous projetez d’agrandir votre cheptel.
  4. Préparer le remplacement des plateaux de sol des ruches par des plateaux propres.
  5. Peser les ruches. La balance connectée peut être une option intéressante pour contrôler à distance le poids de la colonie, et donc les réserves de nourriture. Si elles sont insuffisantes, il faudra alors fournir à vos abeilles du candi protéiné en privilégiant une journée ensoleillée et pas trop froide.

Que se passe-t-il à la miellerie en janvier/février ?

Du côté de la miellerie, quelques préparatifs sont à mettre en œuvre pour être pleinement opérationnel avant l’arrivée du printemps :

  1. Entretenir le matériel (ruches et ruchettes vides, hausses, cadres, enfumoir, lève-cadres, etc.). Ce nettoyage est primordial pour garantir à vos essaims d’abeilles de bonnes conditions sanitaires. Il faut commencer par gratter les dépôts de propolis et de cire. Ensuite, il faut procéder à un lavage à l’eau de Javel à l’aide d’une brosse. Les éléments en bois peuvent enfin être désinfectés au chalumeau. Lavez vos tenues et préservez-les de l’humidité.
  2. Acheter de nouveaux cadres et les cirer. Au printemps, vous aurez besoin de renouveler de 2 à 3 cadres de cire gaufrée par ruche. Il est également judicieux d’en prévoir quelques-uns en supplément pour se constituer une réserve, en prévision d’éventuels essaimages, ou divisions de colonies.
  3. Se former sur une technique particulière ou lire des ouvrages spécialisés. L’élevage des reines, la division de colonie, fabriquer son miel crémeux…
  4. Vendre vos produits sur les marchés, si vous n’avez pas déjà tout vendu sur les marchés de Noël.

Votre matériel est nettoyé et rangé ? Vos cires ont été fondues et vous avez fabriqué vos propres bougies ? L’intégralité de votre miel récolté l’an passé est en pot ? Parfait, il est temps de passer à l’étape suivante : la préparation de la nouvelle saison apicole !

Comment bien préparer la prochaine saison apicole ?

Et si vous profitiez de cette période d’accalmie pour faire le bilan ? « Le succès, c’est se promener d’échecs en échecs tout en restant motivé », disait Winston Churchill. Ainsi, prenez quelques instants pour vous interroger et faire le point. Comment s’est déroulée votre activité ? Que pouvez-vous améliorer ? Avez-vous des astuces à partager ? Recherchez-vous des conseils sur un sujet en particulier ? Quel matériel vous simplifiera votre prochaine saison apicole ?

Un quiz pour évaluer vos forces et faiblesses !

Ma Miellerie vous propose d’évaluer vos forces et faiblesses à travers ce quiz ludique et de partager votre résultat sur les réseaux sociaux.

Apiculteurs, apicultrices, ce quiz va vous permettre de faire le bilan de votre saison !

Quiz Ma Miellerie

Testez vos connaissances à travers ce quiz ! Les réponses que vous recevrez par mail vous permettront de faire le bilan de votre saison apicole.


Quels sont vos objectifs pour la prochaine saison apicole ?

Le succès de la réussite d’un projet réside en grande partie dans votre capacité à vous fixer des objectifs concrets, réalisables et quantifiables. Il paraît évident que si vous débutez en apiculture, vous n’allez pas décider de quadrupler votre production de miel et votre nombre de ruches. Il faut naturellement mesurer l’ampleur de la charge de travail additionnelle. Combien de temps souhaitez-vous consacrer à l’apiculture ? Quel est votre budget ?

Quelques exemples d’objectifs à se fixer pour entamer sereinement la nouvelle saison apicole :

  • Remplacer les pertes hivernales et augmenter sa quantité de ruches, en achetant des essaims, en divisant des colonies fortes (essaimage artificiel) ou en apprenant à élever des reines ;
  • S’essayer à la transhumance pour diversifier votre gamme de miels ou trouver un emplacement plus favorable pour le butinage de vos abeilles ;
  • Vendre du pollen, de la gelée royale, des bougies, du pain d’épices ou encore faire découvrir les bienfaits de l’apithérapie à vos clients ;
  • Se renseigner sur les marchés présents localement pour asseoir votre présence et votre notoriété ;
  • Moderniser l’étiquetage de vos produits de la ruche et la forme de vos pots de miel et prévoir des emballages cadeaux. Si l’étiquette et le conditionnement attirent l’œil, il donnera envie d’acheter ! ;
  • Améliorer vos conditions de travail, avec du matériel et des outils plus performants, des rangements plus fonctionnels ;
  • Viser une labellisation pour proposer un miel biologique ;
  • Rencontrer d’autres apiculteurs, intégrer un réseau, s’inscrire à une formation apicole ou en rucher-école, etc.

Encore un peu de patience, bientôt vous serez à nouveau au côté de vos abeilles !

Partager cet article
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez