Naissance d’une reine : le secret des abeilles

Naissance d'une reine abeille

La vie des abeilles est très structurée ! Si chaque abeille dispose d’une mission précise qui évolue au fil du temps, c’est à la reine qu’appartient le rôle le plus important : celui de donner la vie. Elle est en effet la seule à pouvoir faire naître des ouvrières qui, sous son emprise, effectuent toutes les tâches essentielles à la survie de l’essaim. Mais concrètement, comment parvient-elle à accéder à un tel pouvoir ? Découvrez comment une simple larve peut donner naissance à la plus majestueuse des abeilles !

Comment naît la reine des abeilles ?

La nature est fascinante ! Savez-vous que l’œuf d’une abeille ouvrière est en tout point identique à celui de la reine mère ? Mais alors, s’il ne s’agit pas de génétique, comment une abeille devient-elle reine ? En réalité, ce sont les ouvrières qui sélectionnent de 3 à 5 jeunes larves qu’elles vont prélever dans les alvéoles de cire du couvain pour les placer dans des cellules royales.

Aussi surprenant soit-il, le véritable secret de la naissance d’une reine réside dans son alimentation : elle est nourrie exclusivement avec un mélange de gelée royale et de miel ! Les autres larves d’abeilles, quant à elles, n’en bénéficient que pendant les 3 premiers jours de leur vie. Elles deviendront par conséquent automatiquement des ouvrières (femelles) ou des faux bourdons (mâles), si l’œuf n’a pas été fécondé.

En revanche, c’est un privilège qui se mérite et qui n’est pas définitif ! Tant que la reine exerce son pouvoir phéromonal et pond suffisamment, toute la colonie veillera sur elle. Bien qu’elle puisse se nourrir seule avec du miel ou du nourrissement (sirop ou candi) apporté par l’apiculteur, elle sera alimentée réellement par les ouvrières pendant toute sa vie. Mais cette nourriture ne lui sera apportée qu’au prorata de sa ponte, ce qui signifie que les ouvrières cesseront immédiatement de s’occuper d’elle, si elle devient infertile !

Par ailleurs, si la reine abeille devient trop âgée, si elle meurt accidentellement ou en période d’essaimage, instinctivement les ouvrières vont concevoir de nouvelles cellules royales. L’essaim ne pouvant se permettre ni de perdre sa reine ni de voir le rythme de naissance se réduire, le remplacement de la reine, appelé également remérage, semble inévitable ! Toutefois, n’attendez pas que votre colonie devienne orpheline pour procéder à l’élevage de reines.

De nombreuses méthodes existent pour éviter l’effondrement de la colonie, agrandir votre cheptel et garantir ainsi le rendement de production de votre miel ! Il vous est également possible de vous procurer des reines vierges ou fécondées auprès d’un éleveur professionnel.

De la larve à l’imago : les étapes de la naissance d’une reine

Eclosion cellule royale
Reine sortant de sa cellule royale

Au sein des colonies d’abeilles, le cycle de naissance des reines est le plus court des 3 castes. Alors qu’une ouvrière mettra 21 jours à naître, contre 24 jours pour un mâle, 16 jours suffisent à une reine pour émerger de sa cellule royale.

L’élevage d’une reine par les ouvrières comprend ainsi plusieurs stades :

  1. Les abeilles ouvrières construisent des cellules royales dans lesquelles elles déposent au fond un peu de gelée royale qu’elles confectionnent à partir de leurs glandes hypopharyngiennes et mandibulaires.
  2. Dans le couvain naissant, les nourrices prélèvent des œufs récemment pondus par la reine (d’environ 1,5 mm par 0,5 mm) qu’elles placent dans les cellules royales ouvertes.
  3. Les œufs rectilignes et translucides mettent environ 3 jours à éclore. Ils se courbent et deviennent des larves, semblables à des vers.
  4. Pendant les 8 prochains jours, chaque larve blanche va considérablement grossir et progressivement se métamorphoser en nymphe. De J+10 à J+11 (passage du stade larvaire au stade de prénymphe), les nourrices operculent les cellules d’un bouchon de cire.
  5. À l’intérieur de ce cocon, de profonds changements s’opèrent ! Les pattes, les yeux et les ailes se forment. Le corps de la future reine s’assombrit et se recouvre de poils. Cette phase de transformation durera 4 jours.
  6. 16 jours après sa conception, la reine devenue adulte (imago) est prête à accomplir son règne. À l’aide de ses mandibules, elle déchire l’opercule de cire pour rejoindre sa colonie.

Une reine vit en moyenne de 3 à 5 ans, contre de 5 à 7 semaines seulement pour une ouvrière. Les faux bourdons quant à eux ne passent généralement pas l’hiver, car ils sont chassés du rucher par les ouvrières.

Les premiers pas dans la vie d’une reine

Reine entourée de sa cour
Reine entourée de sa cour

Chez la plupart des espèces d’abeilles domestiques, comme les “Apis mellifera” (“abeilles mellifères”), il ne peut y avoir qu’une seule reine. Ce qui n’est pas le cas avec certaines abeilles solitaires, qui parfois n’en ont pas ! Pour être certaines d’obtenir une reine suffisamment vigoureuse pour accomplir pleinement sa mission de pondeuse, les nourrices en élèvent plusieurs à la fois. Le premier réflexe de la reine à sa naissance sera donc de parcourir la ruche afin d’y détruire toutes les cellules royales en formation.

Si plusieurs reines naissent en même temps, celles-ci s’engageront dans un combat à mort, dont seule la plus forte ressortira vainqueur ! En effet, la reine dispose d’un appareil vulnérant spécifique qui lui permet de piquer ses rivales sans perdre son dard, et donc sans perdre la vie. À l’inverse, si une ouvrière utilise son aiguillon, elle meurt presque instantanément !

Pour être acceptée au sein de sa colonie, la reine encore vierge doit rapidement s’accoupler ! Dans les 8 premiers jours de sa naissance et au plus tard dans les 3 semaines suivant son émergence. La reine quittera donc la ruche pour se faire féconder en plein-vol. Si cette dernière tarde trop, les ouvrières ne manqueront pas de la mettre en garde en lui mordillant les pattes pour l’inviter à prendre son envol. En effet, sa performance de reproduction diminue au-delà de ce délai ! Ce vol nuptial pourra se réaliser en un ou plusieurs voyages selon les conditions météo, mais en veillant à ne pas s’éloigner à plus 3 km de son nid.

En moyenne, l’accouplement sera réalisé par l’intermédiaire de 8 à 18 mâles provenant d’essaims différents, ce qui limite la consanguinité. La reine est puissante, elle se déplace vite, donc seuls les faux bourdons les plus endurants parviendront jusqu’à elle. Pour ces derniers, l’expérience sera courte, car ils périront lors de cette escapade amoureuse.

La morphologie de la reine, née pour donner la vie

La reine se distingue des autres abeilles mellifères par un thorax plus gros et par un abdomen qui peut atteindre le double de volume de celui d’une ouvrière. Sa morphologie est particulière, car elle dispose de 2 ovaires hypertrophiés qui produisent les œufs et d’une spermathèque qui stocke les spermatozoïdes de toute une vie.

De retour de son vol nuptial, la jeune reine fécondée commence à pondre immédiatement, au rythme de 1 500 à 2 000 œufs par jour. Elle dépose ainsi un œuf dans chaque alvéole de cire gaufrée du couvain en commençant par son centre. Toutefois, c’est dans les 2 premières années de sa vie qu’elle est la plus productive. Le volume de ponte varie toutefois selon la saison et selon les récoltes de nectar, de miel et de pollen.

Les ouvrières aussi sont capables de pondre, mais les phéromones libérées par la reine les rendent stériles. D’ailleurs, si celles-ci commencent à pondre, c’est plutôt mauvais signe, car cela signifie que les phéromones royales n’agissent plus comme elles le devraient. Comme les ouvrières ne peuvent pondre que des faux bourdons, la colonie se transforme alors en une ruche bourdonneuse. Tous les apiculteurs le savent : si le nombre d’abeilles mâles devient trop important, il faut agir vite !

Il est à noter que ce pouvoir d’emprise qu’a la reine sur ses ouvrières est lié en grande partie à ses glandes mandibulaires qui sont surdéveloppées. C’est de cette manière qu’elle parvient à agir sur le comportement des abeilles. Nettoyeuse, nourrice, maçonne, manutentionnaire, ventileuse, gardienne, butineuse, la reine influence chacun des rôles affectés à l’ouvrière.

Bon à savoir !

Les ouvrières ressentent lorsqu’une reine est âgée ou déficiente. Elles se mettent alors à construire des cellules royales pour la remplacer. C’est ainsi que l’ancienne reine peut cohabiter un court moment avec la nouvelle. Ce phénomène s’appelle la supersédure. Toutefois, si elle souhaite survivre, elle devra essaimer avant le retour de la nouvelle reine fécondée.

Partager cet article
Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on pinterest
Share on email

Vous aimerez