De la récolte du miel à sa mise en pot : les 5 étapes à suivre

Récolte miel

Les beaux jours d’été sont arrivés, vos colonies d’abeilles prospèrent et vos butineuses effectuent des allers-retours incessants autour de vos ruches. Les réserves en nectar, en pollen et en miel sont abondantes et les hausses se remplissent à vue d’œil ! Pour l’apiculteur, le moment tant attendu est arrivé ! De la récolte du miel à sa mise en pot, MaMiellerie vous détaille chacune des étapes à suivre.

Étape 1 : la récupération des hausses pleines

Tout au long de la saison apicole, vos abeilles vous offriront 1 à 2 belles récoltes de miel. En cas de fabrication de miel monofloral, comme le miel d’acacia, le miel de châtaignier ou le miel de lavande, la récolte se fera dès la fin de floraison de la plante butinée.

Toutefois, pour respecter la tranquillité de vos essaims, il faut éviter le plus possible d’ouvrir vos ruches. Attention également à ne pas trop priver vos colonies d’abeilles en provisions à la veille de l’hivernage.

Selon les régions et le type de miel à récolter, la récolte des hausses peut être réalisée entre la fin du printemps et jusqu’au mois de septembre. Il convient de vérifier au préalable que les cadres de miel soient bien operculés, c’est signe que le miel est suffisamment mûr pour permettre sa conservation. En effet, avec un taux d’humidité inférieur à 18 %, le miel ne fermentera pas.

La récolte des hausses sans chasse-abeilles

Avec cette méthode, les hausses sont toutes récoltées en une seule visite, par une journée ensoleillée et sans vent, de préférence tôt le matin avant la frénésie des butineuses.

Récolte miel sans chasse-abeilles

Les étapes :

  1. Prévoyez une hausse vide et un véhicule de transport (ou une brouette, si la miellerie est proche du rucher).
  2. Enfumez légèrement l’entrée puis le haut de la ruche en entrouvrant le couvre-cadres. Attention, la fumée en excès peut altérer le goût du miel.
  3. Décollez chaque cadre de miel en commençant par les cadres de rive et brossez-les doucement pour faire tomber les abeilles dans le corps de ruche.
  4. Placez chaque cadre rempli de miel dans une hausse vide. Conservez la hausse vidée pour récolter les prochaines hausses. Manipulez-les avec précaution pour éviter de faire couler du miel et pensez à bien refermer le tout pour éviter la diffusion des odeurs qui attireront les abeilles.
  5. Transportez le tout à la miellerie, en veillant à ne pas emporter d’abeilles avec vous.

Bon à savoir :

Certains apiculteurs qui disposent de gros ruchers utilisent un souffleur à moteur thermique pour évacuer les abeilles facilement, sans les blesser. Posez la hausse à la verticale et soufflez entre les cadres. Les abeilles seront évacuées et s’envoleront.

La récolte des hausses avec chasse-abeilles

Le chasse-abeilles est un dispositif simple et efficace qui permet aux abeilles de descendre dans le corps de ruche, mais pas de remonter. Il se place entre le corps de ruche et la première hausse. Il peut être posé à n’importe quel moment de la journée, mais toujours au moins 24 h avant la récolte. Cette méthode nécessite donc 2 visites.

La récolte se fait dans la discrétion et en douceur, de préférence en début de matinée.

Les étapes :

  1. Sur une table à l’écart de vos abeilles, transférez chaque cadre rempli de miel dans une hausse vide.
  2. S’il reste encore quelques abeilles, balayez doucement les cadres à l’aide d’une brosse.
  3. Vérifiez l’operculation du miel.
  4. Recouvrez immédiatement la hausse receveuse d’un toit ou d’un linge. Attention à ne pas érafler les opercules pendant la manipulation. Si vous êtes entourés d’abeilles, il est préférable de changer d’emplacement.
  5. Transportez les hausses jusqu’à la miellerie.

Bon à savoir :

Pour faciliter la descente des abeilles, il est utile d’intercaler une hausse vide sous le chasse-abeilles, entre le corps de ruche et la première hausse pleine. La colonie aura alors assez de place malgré l’affluence.

Étape 2 : la désoperculation du miel

Désoperculation du miel

La désoperculation consiste à ôter la fine couche de cire que les abeilles cirières ont déposée sur chaque alvéole de miel à faire mûrir. Pour mémoire, au-delà d’un taux d’humidité de 18 %, il y a un risque de fermentation. La maturité du miel peut être facilement contrôlée à l’aide d’un réfractomètre correctement étalonné. Certains apiculteurs professionnels disposent d’une chambre chaude qu’ils utilisent pour poursuivre le séchage et faciliter l’extraction du miel.

Petit rappel, plusieurs règles sont à appliquer à l’intérieur de votre miellerie :

  1. Les hausses ne doivent plus contenir une seule abeille.
  2. La pièce doit être fermée, sèche, ventilée et hermétique.
  3. La température doit être maintenue élevée (≥ 25 °C) pour faciliter l’extraction.
  4. Le matériel doit être préparé et parfaitement propre (bac à désoperculer, couteau, herse, extracteur, filtre, maturateur, etc.)
  5. L’hygiène doit être irréprochable (cheveux attachés, charlotte, gants, tablier, chaussures propres, etc.).

Bon à savoir :

En adoptant une organisation dite de « marche en avant », vous rendez votre miellerie plus fonctionnelle. Ainsi, vous procédez par étape logique en anticipant vos déplacements grâce à une bonne implantation du matériel. En aucun cas, le circuit des hausses (zones sales) ne doit croiser le circuit du miel (zones propres).

La désoperculation au couteau ou à la herse à désoperculer

Désoperculation du miel à la herse
Désoperculation du miel au couteau électrique

Les étapes :

  1. Prenez votre premier cadre et placez-le sur le bac à désoperculer en le tenant à la verticale.
  2. Utilisez soit le couteau à désoperculer, bien à plat le long du cadre, soit votre herse pour retirer les opercules en partant du bas du cadre.
  3. Tranchez la cire en faisant des mouvements de gauche à droite (et inversement). Si le cadre contient un peu de pollen, le couteau peut accrocher, n’insistez pas.
  4. Désoperculez ensuite l’autre face du cadre de la même manière.
  5. La cire et le miel tombent dans le bac. Ils seront entièrement récupérés, il n’y a aucune perte !

Les bacs à désoperculer en inox sont équipés de réceptacles pour la cire, légèrement surélevés. Après quelques heures, le miel coule sous la cire au fond du bac, et peut être récupéré en dessous en ouvrant le robinet. Vous pouvez laisser le miel s’écouler doucement.

Attention !

Manipulez ces outils tranchants avec prudence en maintenant fermement le cadre, mais sans laisser dépasser un doigt au risque de vous couper. De même, attention à ne pas vous brûler si vous utilisez un couteau chauffant.

La désoperculation à la machine à désoperculer

Les machines à désoperculer sont très utiles si vous avez de nombreuses hausses. Elles permettent d’accroître votre efficacité et votre rapidité d’exécution. Elles existent en différents modèles :

  • Les machines à désoperculer manuelles. Les cadres sont à faire glisser sur un rail. Les opercules des 2 faces sont ouverts simultanément ;
  • Les machines à désoperculer électriques. Elles utilisent des disques chauffants ou un système de lames vibrantes pour détacher les opercules ;
  • Les combinés (pour les grandes exploitations). Ils désoperculent les cadres en continu et les redirigent ensuite vers l’extracteur pour les extraire directement.

Désoperculation du miel avec la machine Caillas

Étape 3 : l’extraction du miel

Désormais tous ouverts, les cadres diffusent une odeur de miel qui parfume agréablement votre miellerie. Il est temps de passer à l’étape suivante : l’extraction du miel.

Pour extraire votre miel, vous aurez le choix entre :

  • Un extracteur manuel. L’extraction est réalisée à l’aide d’une manivelle (force centrifuge) à actionner par la force de vos mains. Cet outil est suffisant pour les besoins d’un apiculteur débutant ;
  • Un extracteur électrique. Il fait le même travail, mais en plus rapide et sans fatigue, grâce au fonctionnement de son moteur ;
  • Un extracteur radiaire. Ce modèle permet de récupérer le miel des 2 faces de chaque cadre en même temps en l’éjectant contre les parois – attention à mettre le haut du cadre vers l’extérieur ;
  • Un extracteur tangentiel. Il ne traite qu’une seule face à fois et nécessite donc de retourner les cadres entre chaque extraction. Ce type d’extracteur s’utilise plutôt pour les miels épais (comme le miel de colza ou le miel de bruyère).

Les étapes :

Extracteur
  1. Vérifiez que le robinet d’extraction soit bien fermé ou ouvert avec un filtre et un receveur (seau ou maturateur).
  2. Placez les cadres ouverts dans l’extracteur en équilibrant le plus possible les charges. Vous maintiendrez ainsi une bonne stabilité.
  3. Accélérez progressivement la vitesse d’extraction (de plus en plus rapidement), jusqu’à ce que les cadres deviennent plus légers et soient compléments vidés.

Étape 4 : la filtration et la maturation du miel

Filtration du miel

À ce stade, le miel comporte toujours de nombreux débris. C’est pourquoi il doit être filtré par l’intermédiaire des filtres en nylon ou d’un tamis en inox avec double filtration. Le filtre supérieur effectue un premier niveau de filtration pour éliminer les plus gros résidus (cire, pollen, propolis, etc.). Le filtre inférieur comporte des mailles plus fines et retient les très petites particules.

Les étapes :

Filtration miel
  1. Au préalable, placez le maturateur (ou le seau) avec son système de filtration sous l’extracteur et préparez des contenants supplémentaires en prévision.
  2. Ouvrez le robinet de l’extracteur.
  3. Par gravité, le miel s’écoule vers les filtres.
  4. Vérifiez régulièrement le remplissage de vos contenants pour éviter les débordements. Remplacez les contenants pleins par des vides.
  5. Laissez maturer le miel quelques jours. L’écume qui se formera pourra être raclée et enlevée. Il s’agit des dernières impuretés minuscules.
  6. Empilez les cadres vides dans les hausses. Vous pourrez les donner à lécher à vos abeilles en les reposant directement au-dessus des corps de ruche. Agissez de préférence à la tombée de la nuit pour limiter les pillages entre ruches.

Étape 5 : le conditionnement du miel

Conditionnement du miel

Vous arrivez à l’étape finale de la fabrication du miel : le conditionnement. Il ne vous reste plus qu’à étalonner votre balance et à remplir chaque pot de miel en le faisant couler depuis le robinet du maturateur. Attention, le miel s’écoule rapidement ! Il sera dommage d’en perdre une goutte. Certains miels comme le colza cristallisent très rapidement après la fin de la floraison, ils peuvent être plus difficiles à extraire, voire crémeux lorsque vous le mettrez en pot. Attention à ne pas vous faire surprendre. Apposez votre plus belle étiquette, vos pots de miel sont désormais prêts pour la vente !

La mise en pot est un moment joyeux et festif à partager en famille ou entre amis ! Prévoyez quelques pots de miel à offrir aux personnes qui extraient avec vous, des boissons et de la bonne musique. Les plus gourmands d’entre nous auront certainement également préparé un délicieux pain d’épices arrosé d’hydromel frais. Bonne dégustation !

Partager cet article
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez